Mentor ou « Mentoré »? | Ginette Mailhot
Pour POUVOIR, il faut VOULOIR,
et pour vouloir, faut d’abord y CROIRE
cabinet en assurance de
dommage", "Présidente, la turquoise,
cabinet en assurance de
dommages" ) ?>

Mentor ou « Mentoré »?

8 mai 2012

Lors de la rencontre annuelle des employés du Groupe turquoise, cabinet en assurance de dommages, j’ai partagé mon privilège d’avoir trouvé un mentor en qui j’avais confiance en plus d’un grand respect.

Je n’ai pas toujours cru en la valeur ajoutée de cet accompagnement… oh que non!   Il y a plusieurs années, lorsque je pensais que j’étais une « top », je ne voyais vraiment pas à quoi pourrait me servir un mentor. Oui, oui, je parle bien de moi. Une chance que les temps changent…  et moi aussi!

Il y a environ 5 ans, j’ai été approchée par la section Dyade du Carrefour Jeunesse-emploi de Joliette pour être un mentor.   Je me disais : « Mentor, moi?   Mais que puis-je donc apporter à un « mentoré »? »  Mon égo ayant cependant été flatté, je me suis rendue à une rencontre spéciale afin d’apprendre les grandes lignes du mentorat. Selon Wikipédia, un mentor est un conseiller auquel on fait entière confiance.   C’est aussi le mot français pour désigner un « coach ».   Vous aurez donc compris que le « mentoré » doit avoir un lien de confiance important qui se développe au fil de ses rencontres, sans quoi, il n’y trouvera pas son compte et sera invité à se trouver un autre mentor.

Alors de ce concept, j’ai eu le privilège d’avoir une première « mentorée » qui se partait en affaires et que j’ai accompagné au meilleur de ma connaissance.  Elle est toujours en affaires sous le nom : Choco-Chocolat.   Allez lui rendre visite et goûter à son chocolat…   L’essayer, c’est l’adopter!  J’en ai eu un deuxième qui désirait développer son expertise dans la région Lanaudière.   Comme le hasard fait bien les choses, j’ai aidé à une rencontre avec un autre entrepreneur de la région et aux dernières nouvelles, ils étaient toujours en équipe!

Ensuite, j’ai eu « soif » de m’améliorer au niveau professionnel et j’ai recherché un mentor pour moi…  J’ai compris que lorsqu’on pense qu’on est une « top », on n’apprend plus, on ne se développe plus.  À l’inverse, lorsqu’on est conscient de savoir peu, on apprend énormément et on se développe à une vitesse incroyable.   Voilà donc qui est fait depuis 1 an déjà, j’ai mon mentor.   Il m’aide à voir ma réalité avec d’autres yeux, sous un autre angle et croyez-moi, c’est très enrichissant!

Avec mes employés, je sais maintenant que je suis aussi le mentor de plusieurs à différents niveaux.  Je prends ce rôle très au sérieux car il peut laisser des traces constructives importantes pour la vie entière.  De plus, étant une maman, je crois que le mot mentor est là encore approprié.   Ne sommes-nous pas pour nos chérubins grandissants, un conseiller auquel ils ont entièrement confiance?

Finalement, je crois que nous sommes le mentor et « mentoré » de plusieurs personnes à la fois puisque nous inspirons et sommes inspirés par les actions de nos pairs, et ce, au quotidien.

Bon mentorat à vous!

Ginette Mailhot
Présidente directrice générale – la turquoise – Cabinet d’assurance de dommages
Joliette, L’Assomption, Louiseville, Montréal, Gatineau, Buckingham, St-André-Avellin, Rockland et Ottawa

Les commentaires sont désactivés sur cet article.

Les nouveaux commentaires sont désactivés sur cet article.

Catégories: Non classé
Mots-clés : ,
2017 © La Turquoise
Design: Marie-Jacques Rouleau     Integration: Nexion